TAIKO NO TATSUJIN

SUR PLAYSTATION 2

Sorti en Octobre 2002, la version PlayStation 2 de Taiko no Tatsujin a eu un succès assez inattendu en étant classé 3ème des meilleures ventes lors de la semaine de la sortie (72212 unités vendues), avec semble-t-il, un public assez jeune. Il restera assez bien classé, ponctuellement, durant deux mois. La grande inquiétude portait essentiellement sur la qualité du tambour, qui ne pouvait avoir un socle aussi stable et solide que l'arcade, ni en présenter les dimensions et les matériaux (la borne d'arcade pèse 230 kg, quand même). C'est donc en plastique qu'est fait le tambour, la peau est assez souple, mais fait un "toc" assez bruyant et oblige donc à pas mal monter le son du téléviseur. Le "ka" (coup sur le bord "de bois" du tambour) est assez sensible, mais on ratera quand même des notes de temps en temps, vue la petite taille de l'objet. Le problème se situe réellement au niveau de la stablilité, car à moins d'être collé ou scotché à la table, le tambour recule inexorablement à chaque coup. Certains placent un objet lourd derrière, et d'autres placent le tambour entre leurs cuisses (pas très pratique). Il faut donc bien faire attention à na pas s'attendre à retrouver exactement les mêmes sensations que celles de l'arcade. La prise en main est cependant très facile, et un novice intégral arrivera à jouer dès le premier essai, dès qu'il aura saisi le but du jeu.

Le jeu, maintenant : on ne pourra vraiment pas dire que Namco s'est beaucoup foulé pour l'adaptation ! Les graphismes sont ceux de l'arcade, c'est-à-dire très pauvres et pixelisés, avec des loadings très longs pour le rendu graphique. L'intro et les cinématiques de victoire sont en haute résolution, mais ce sont bien les seules choses du jeu, car tout le reste est assez décevant, et il ne devait pas être bien compliqué d'améliorer l'esthétique. Enfin bon, le jeu est bien, jouable, sympa, les musiques sont assez nombreuses, et la difficulté progressive. Plus on progresse, plus on s'amuse, car les coups de tambour sont de plus en plus nombreux, et le rythme plus soutenu.

Au final, il est dommage que les principales lacunes du jeu soient a priori assez faciles à corriger, comme pour les graphismes, mais bon, cela reste tolérable vu que le plaisir ne vient pas de la beauté des images mais des musiques et de la fiabilité du tambour. Il n'y a plus qu'à espérer que la version à venir (Taiko no Ttsujin Doki!) sera plus appliquée. Encore un jeu qui va ennuyer les voisins !

Merci à Fabien et Sugoi! pour certaines infos de cette page