SUPER ROBOT TAISEN A

Gameboy Advance - 2001

Cette version est la première sortie sur GBA, elle reprend graphiquement l'esthétique de SRT F sur Saturn, et est de ce fait assez satisfaisante, sans pour autant transcender par son animation, souvent minimaliste. Cependant, le jeu s'en sort plutôt bien, car certains personnages possèdent de grosses attaques avec des effets bien rendus, et en général leurs visages en gros plan... Les cartes sont lisibles. Les inter-scènes de dialogues se font sur un fond de carte du monde, du japon, ou de l'espace, avec les classiques vignettes des personnages.

Les personnages sont relativement bien dessinés, les décors également. Mais les attaques ne voient que très rarement le robot «bouger», et c'est souvent un effet de canon, missile ou autres qui vient se greffer sur le sprite immobile.

Les robots sont très nombreux, ou retrouve Mazinger Z, Great Mazinger, Grendizer, Daitarn 3, Zambot 3, Voltes V, Conbattler V, les trois Dragonar, Daimos, Nadesico. Et du côté des Gundam, on a droit cette fois-ci aux robots de la première série, ceux de Z Gundam, ZZ Gundam, MS08 Team, et G Gundam. Il y a bien évidemment les robots originaux de Banpresto, séparés en catégories Real / Super et homme / femme. Le nombre de maps s'élève à 39.

Le son est correct, chaque série a ses musiques, on retrouve des génériques très connus et bien instrumentés. Les effets sonores sont eux aussi corrects, sans toutefois impressionner.

Le jeu en lui même est bien scénarisé. Les séries apparaissent les unes après les autres, et certaines maps donnent du fil à retordre. Il faut faire attention à la topographie pour ne pas laisser se bloquer des robots terrestres dans les montagnes, et faire des petits groupes efficaces grâce aux attaques doubles ou triples (Mazinger, Dragonar, etc.).

Cependant, SRT A souffre d'un défaut majeur : sa lenteur, la longueur, car il est impossible d'écourter les animations des combats, si bien qu'un tour de défense peut prendre cinq minutes ou plus, sans que le joueur puisse intervenir de manière significative (parfois limiter les dégâts), et toutes ces longueurs (dix fois de suite la même attaque, c'est assez saoulant) cassent le rythme du jeu, et rebutent parfois pour reprendre une map à zéro lors de mauvais choix. Il manque également la possibilité de choisir qui des robots alentours va protéger un robot pris pour cible, ainsi que le choix de l'attaque en soutien d'un allié (il utilise par défaut l'attaque la plus puissante).

SRT A est un assez bon jeu au demeurant, car son scénario et ses séries sont bien choisis, mais pêche par des petites imperfections. SRT R démontre quelques mois plus tard qu'il est possible de faire bien mieux en matière de jouabilité sur la GBA.