DES HISTOIRES DE BASKET


Les histoires de sport sont toujours assez difficiles à raconter, parce qu’un sport, finalement, c’est de l’entraînement avec un match au bout, et puis basta. Je n’ai pas vu beaucoup de films où le basket est partie prenante de l’histoire. Je me souviens avoir vu Blue Chip, avec Nick Nolte. Anfernee Hardaway et Shaquille O’Neil y jouaient deux jeunes basketteurs universitaires. Le film parlait cependant davantage de marché et de pots de vin que de basket à proprement parler, et les deux stars NBA étaient là surtout en guest. Et je ne parlerai pas de Space Jam, qui n’a rien à voir avec le basket.


Il y a par contre un très bon manga de basket. Enfin, il n’y en a pas un, mais plutôt trois, tous dessinés par la même personne, Takehiko Inoue. Au début des années 90, le basket est un sport largement sous-pratiqué au Japon. Néanmoins, un jeune mangaka décide de se lancer dans l’aventure, et commence à publier Slam Dunk. Le début est très basique, pour les profanes, et n’aborde d’ailleurs que très peu le sport lui-même dans les premiers tomes. Puis, progressivement, le héros va se mettre à s’intéresser, comprendre et enfin aimer le basket. Plus on avance dans l’histoire, plus les détails sont affinés, et le joueur retrouve des sensations rarement traitées en bande-dessinée. C’est un travail de connaisseur, qui sent le vécu et la passion.


Inoue a également réalisé un manga à la base prévu pour Internet et son site, Buzzer Beater. L’histoire est colorée, fantaisiste, puisqu’il est question de ligue inter-galaxies. On est loin du réalisme de Slam Dunk, mais on peut s’amuser à regarder l’esthétisme que le dessinateur recherche au fil des pages. Il y a d’ailleurs un petit détail amusant : le dessinateur s’est cassé le poignet (en faisant du basket, comme par hasard) et a donc dû changer son style en cours de route. Le dessin passe donc d’un trait très fin à un feutre plus épais, mais qui apporte une touche d’originalité supplémentaire à l’ensemble.


Dernier en date, Real est un manga assez dur sur de jeunes handicapés moteurs qui essaie d’oublier leur malheur dans l’handisport. Les histoires sont difficiles et contrairement à Slam Dunk, on n’a pas trop envie de se mettre à la place des personnages. Néanmoins, le dessin est très beau, et le scénario bien construit.